Préparatifs

ADMINISTRATIF

-Permis internationaux et cartes d’identité sont prêts

-Passeports à jour pour toute la famille.

– Photocopier et scanner tous les documents ( mieux vaut prévenir que guérir…)

 

BANQUE

N26 Black en ligne : 7,90€/mois (94.80€/an) : tout est gratuit et les plafonds sont plus intéressants avec de très bonnes assurances.

Monabanq en ligne : 6€/mois =>   2 cartes bancaires pour un compte joint. 50 paiements par carte bancaire et 25 retraits d’espèces par année civile partout dans le monde, sans frais Monabanq.

  • Vérifiez aux distributeurs automatiques que la banque locale n’ajoute pas des frais supplémentaires (c’est normalement précisé lors du retrait). Dans un même pays, il n’est pas rare d’avoir des banques qui appliquent des frais et d’autres non ;
  • Si vous n’avez pas le choix et qu’une commission fixe est prise par votre opérateur ou la banque dans laquelle vous retirez, faites un retrait au plafond maximum autorisé pour limiter les frais. Par exemple, vous avez une commission d’un euro à chaque retrait. Si vous retirez 200 € en une seule fois, vous paierez 1 € de commission (très raisonnable), mais si vous retirez la même somme en 10 fois, vous paierez 20 €…
  • Avant de rentrer dans un pays : vérifier le taux de change avant http://www.xe.com/fr/ ; éviter les bureaux de change et encore plus dans les aéroports ; N’hésitez pas à faire appel aux agents de change « officiels-officieux » qui sont légions et incontournables dans certains pays, notamment en Amérique centrale. Ils proposent très souvent des taux très avantageux, parfois même meilleurs que le taux du marché ! Petite astuce, changez du côté du pays où vous vous rendez, les taux sont souvent un peu meilleurs et n’hésitez pas à demander à plusieurs personnes. Par contre, soyez vigilants, il y a des témoignages de personnes qui se sont fait refiler des faux billets au milieu de vrais. Donc si vous avez l’occasion, regardez à quoi ressemblent les vrais billets et n’hésitez pas à prendre le temps de recompter !

 

ECOLE

Julyan : Primaire

Nous avons prévenu l’école  primaire par le biais de sa maitresse ainsi que la directrice de l’établissement.

Lors de cette annonce elles étaient particulièrement ravies et enthousiastes de notre projet.

Nous pourrons solliciter leur aide, (chose qu’elles nous ont déjà proposé), via le prêt de livres, de fichiers, de  manuels scolaires nécessaires pour le bon déroulement de son enseignement.

Au passage, un grand merci pour  votre aide.

Je vais devoir m’improviser maitresse durant cette année, ce sera  un véritable plaisir !!!!

Sans oublier une chose très importante, faire une  déclaration d’instruction à domicile auprès de la mairie ainsi qu’auprès du directeur académique d’Evry.

 Ilona :Lycée

Nous avons simplement  informé le proviseur de son absence pendant un an,  rien de particulier étant donné qu’ elle a plus de 16 ans (l’école n’est plus obligatoire à cet âge).

Il faut néanmoins  faire un courrier afin de garder  une trace écrite.

Natanaël : Prépa

Son école est informée, nous attendons la marche à suivre pour cette année de césure.

 

BAGAGES

Ca sera très certainement des sacs de voyage (facile à ranger) et non des valises.

 

SANTE

Vaccins :

Fièvre jaune : A faire dans un centre de vaccination, les tarifs vont du simple au double, de notre côté se sera très certainement  l’hôpital LAFONTAINE à Saint -Denis.

Hépatite A :

A faire, protocole à vérifier…

Hépatite B :

Toute la famille est déjà vaccinée, on fera quand même vérifier par le médecin généraliste…

Typhoide :

A voir….

 

 Prévention du Paludisme :

Pour les pays suivants :

Mexique : Transmission localisée dans certaines parties des États de Chiapas et d’Oaxaca. Risque faible dans les États de Jalisco, de Quintana Roo, de Sonora et de Tabasco ainsi que dans les régions rurales des États de Nayarit, de Sinaloa, de Chihuahua et de Durango.Absence de risque dans les principales régions de villégiature sur le littoral, y compris la ville d’Acapulco ou le long de la Riviera Maya, y compris les villes de Cancún, de Cozumel et de Playa del Carmen, ainsi que le long de la frontière avec les États-Unis.

Colombie : Transmission toute l’année dans les zones rurales ou de jungle jusqu’à 1600 m d’altitude. Absence de risque dans les zones urbaines, y compris Bogotá et sa région, Cartagena, à une altitude supérieure à 1600 m et sur les îles de l’archipel de San Andrés y Providencia dans la mer des Caraïbes.

Equateur : Transmission toute l’année au-dessous de 1500 m. Risque faible dans les provinces côtières. Absence de risque à Guayaquil, à Quito et dans les autres villes de la région inter-andine. Absence de transmission de paludisme dans les Iles Galápagos

Pérou : Risque faible de transmission toute l’année dans les zones rurales situées au-dessous de 2000 m. Les 23 districts les plus exposés sont concentrés dans les régions d’Ayacucho, Junín, Loreto, Madre de Dios, Piura, San Martín et Tumbes. Quatre-vingt dix-neuf pour cent des cas à P. falciparum sont enregistrés dans le Loreto, (région située en Amazonie). Pas de transmission dans les régions à plus de 2000 m (y compris le Machu Picchu, le lac Titicaca et les villes d’Arequipa, Cuzco et Puno) ainsi que dans les villes de Lima et au sud de Lima (Moquegua, Ica, Nazca et Tacna).

Bolivie : Transmission toute l’année dans la zone amazonienne. Risque faible hors de la zone amazonienne. Absence de risque dans les zones à plus de 2500 m

Paraguay : Transmission localisée à certaines municipalités des départements d’Alto Paraná et Caaguazú (Est du pays).

Traitements préventifs du paludisme

Selon le pays visité, nous suivrons la prescription de notre médecin.

Traitement et posologie : (En cours)

  • Porter le soir des vêtements longs, imprégnés d’insecticide :
 les vêtements ainsi que les toiles de tente peuvent être imprégnés par pulvérisation (spray) ou par trempage (I’insecticide utilisé doit alors être la perméthrine). On peut se procurer en pharmacie des flacons vaporisateurs de perméthrine. La pulvérisation se fait sur les parties externes des vêtements.
  • Appliquer un produit répulsif (insectifuge ou repellent) sur les parties découvertes du corps :
 l’application du produit doit se faire dès le coucher du soleil sur toutes les parties découvertes du corps, visage compris, ainsi que sur les parties pouvant se trouver découvertes à l’occasion de mouvements.
  • La durée de la protection varie de 2 à 5 heures :
 elle dépend de la concentration du produit et de la température extérieure. Les applications seront renouvelées plus fréquemment en fonction de la transpiration ou des bains et des douche. Ces produits peuvent être toxiques s’ils sont ingérés : éviter tout contact avec les muqueuses buccales ou oculaires. La pulvérisation de répulsif sur les vêtements est possible mais de courte efficacité (2 heures) car le produit est volatil.
  • Dormir sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide (perméthrine) :
 la moustiquaire imprégnée d’insecticide assure la meilleure protection contre les piqûres de moustiques nocturnes. Elle doit être en bon état (pas de déchirure) et utilisée correctement (soit bordée sous le matelas, soit touchant le sol). On peut se procurer des moustiquaires déjà imprégnées en pharmacie ou dans les magasins d’articles de voyage, ou les imprégner soi-même avec des kits d’imprégnation disponibles en pharmacie. La durée d’efficacité du produit est de 6 à 8 mois. Même dans les pièces climatisées, utiliser un diffuseur électrique d’insecticide (penser au kit d’adaptation de prises de courant), car la climatisation réduit l’agressivité des moustiques mais ne les empêche pas de piquer. A l’extérieur, on peut faire brûler des tortillons de pyrèthre.

PREVENTION DES ENVENIMATIONS

Elles sont provoquées par les morsures de serpents, araignées, scorpions, fourmis ou le contact avec des animaux marins (méduses, poissons, coquillages..)

Quelques règles:

  • Porter des chaussures montantes fermées, des pantalons longs, frapper le sol avec un bâton ou faire du bruit en marchant.
  • Secouer ses vêtements, ses chaussures, son sac, son sac de couchages ou ses draps avant usage.
  • Ne jamais marcher pieds nus.
  • Ne jamais toucher les animaux terrestres ou marins.
  • En cas d’envenimation, calmer la victime, appeler le service  médical d’urgence le plus proche en décrivant si possible l’animal responsable (photo) et ne pas mettre de garrot, ne pas faire saigner, ne pas cautériser, ne pas inciser, ne pas sucer la plaie.

MORSURES DE CHIENS ET AUTRES MAMMIFERES

La rage est une maladie grave et toujours mortelle qui existe encore dans la quasi-totalité des pays du globe.

Son principal vecteur est le chien mais tous les mammifères (chats, singes, chauves souris, renards, ratons laveurs…..) peuvent transmettre le virus responsable.

Celui-ci est contenu dans la salive de l’animal infecté qui peut le transmettre par morsure ou griffure mais aussi par léchage au niveau d’une plaie, même minime, ou par contact de la salive avec une muqueuse (oeil, bouche). L’animal peut transmettre le virus sans présenter les symptômes de la maladie : il est donc contaminant avant d’être malade.

La règle est donc de ne pas approcher les animaux mêmes familiers, même dociles, même jeunes, même morts, de ne pas les caresser. La vigilance doit être accrue avec les enfants.

En cas de morsure, griffure ou léchage sur plaie, il faut :

  • Laver la plaie ou la zone léchée à l’eau et au savon pendant 15 minutes, rincer abondamment et appliquer un antiseptique.
  • Puis contacter le plus rapidement possible les structures médicales locales (ou à défaut la compagnie d’assistance) qui évalueront la nécessité des mesures de prophylaxie post-exposition. Celle ci comporte plusieurs doses de vaccin voire des immunoglobulines souvent indisponibles dans les pays en développement.

Il existe une vaccination pré-exposition qui peut être faite avant le départ en voyage qui ne dispense pas de la prophylaxie sur place mais qui en simplifie la réalisation (2 doses de vaccin suffisent sans les immunoglobulines).

 

LES MESURES D’HYGIÈNE (EN MILEU TROPICAL MAIS PAS UNIQUEMENT)

Hygiène alimentaire (prévention de la diarrhée des voyageurs, de l’hépatite A, de l’amibiase…).
Se laver souvent les mains avec du savon (l’eau est insuffisante), particulièrement :

  • Avant les repas ;
  • Avant toute manipulation d’aliments ;
  • Après passage aux toilettes.

Ce qu’il faut faire :

  • Consommer uniquement de l’eau en bouteille capsulée (bouteille ouverte devant soi) ou rendue potable (filtre portatif, produit désinfectant, ébullition 1 minutes à gros bouillons) ;
  • Peler les fruits ;
  • Le lait doit être pasteurisé ou bouilli.

Ce qu’il ne faut pas faire, ingérer des aliments ou des boissons à risque tels que :

  • Crudités ou aliments cuits consommés froids, même conservés au réfrigérateur ;
  • Eau locale non embouteillée ;
  • Les coquillages, les plats rechauffés, les glaçons et les glaces.

Dans certaines régions, se renseigner localement sur les risques de toxicité des poissons de mer, indépendants du degré de cuisson (ciguatera).

La diarrhée du voyageur (ou tourista)

La diarrhée est un problème de santé rencontré fréquemment par les voyageurs ; il s’agit généralement de troubles bénins dus à des infections contractées lors de la consommation d’eau ou d’aliments contaminés. Ces troubles disparaissent en général spontanément en 1 à 3 jours.

Ce sont les voyageurs en provenance des pays industrialisés qui sont les plus exposés au risque de diarrhée, lorsqu’ils voyagent dans des pays à faible niveau d’hygiène ou que les conditions du séjour sont précaires. La prudence recommande de respecter les mesures d’hygiène alimentaire indiquées. Il n’y a pas encore de vaccination disponible. Le traitement curatif est souvent un auto-traitement pour lequel il est pratique de disposer de médicaments dont on se sera muni avant le départ.

 

TROUSSE DE PHARMACIE

II n’existe pas de trousse de pharmacie type. La composition de celle-ci est à adapter en fonction du voyage (demander conseil à votre médecin). Les médicaments doivent être emportés dans leur emballage et non pas en vrac, pour éviter tout risque d’erreur.

On peut conseiller au minimum

  • Un antipaludique à usage préventif, un répulsif contre les moustiques ;
  • Un médicament contre la douleur et la fièvre (le paracétamol se conserve mieux que l’acide acétylsalicylique (aspirine) à la chaleur) ;
  • Un antidiarrhéique ;
  •  Sachets de réhydratation type OMS pour les enfants
  • Un médicament contre le mal des transports.

Divers :

  • Thermomètre incassable ;
  • Crème pour les brûlures ;
  • Désinfectant cutané ;
  • Collyre (conditionnement monodose) ;
  • Pansements stériles et sutures adhésives ;
  • Bande de contention ;
  • Epingles de sûreté ;
  • Produit pour désinfection de l’eau de boisson ;
  • Crème solaire ;
  • Préservatifs ;
  • Seringues à usage unique.

ASSURANCE SANTE

Au canada et Etats-Unis nous opterons pour l’assurance des cartes bleues (les 3 premiers mois), puis nous prendrons très probablement l’assurance AVI (Marco Polo) pour l’amérique centrale et l’amérique du sud.

 

ASSURANCE CAMPING CAR

en cours